Trouthérapie

L’année est lancée avec Trouthérapie, une des lignes démentes d’Aiglun signée Mussato. J’ai rejoint Robin au meilleur des camps de bases : Coursegoule! C’est donc lestés de bons repas que nous avons attaqué vers 9h la face magnifique. Le réveil est violent! Un départ très à doigts dans un bon 7c, hum que c’est bon l’escalade. Je confirme l’impression de Guillaume et Aurel , on dirait bien qu’une prise a cassé au dessus de la 3ème dégaine. A mon avis ça rajoute un petit aléa (jeté) sans changer vraiment la côte. Pour se remettre de l’échauffement la vire du premier relai est vraiment sympa.

Des relais comme ça on en voudrait à chaque longueur.

Des relais comme ça on en voudrait à chaque longueur.

La L2 est plus physique et du coup ça passe à vue en un beau combat ponctué de cris et de mouvements aléatoires. Le soleil vient nous rejoindre à l’attaque de la L3 gros 7b+. C’est le début de la décadence qui va nous accompagner jusqu’au sommet de la voie. Les pieds gonflent, les mains transpirent… la bagarre!
La longueur clef L4 7c+ est attaquée par Robin qui fait le spectacle en ratant un jeté 1m50 au dessus du point et me secoue à l’assurage. Bon mental! Pas facile d’enchaîner quelque chose avec le soleil qui tape fort.

L4 7c+ au soleil c'est dur.

L4 7c+ au soleil c’est dur.

Le 7c qui suit en L5 débute le mur gris verdonesque sommital. Du coup je me trouve à la rue avec mes chaussons souples et sans carre. Il est où le dévers? On se croirait dans Mingus (en plus facile). La flemme de se battre se fait sentir.  Je repasse en tête pour les deux dernières longueurs faciles. Et là ça n’est toujours pas facile.

L6 7a+ sur un rocher orange dit rappe à fromage. Ouille! Petite anecdote : après une bonne fermeture d’épaule je casse la règle lointaine et refais la fermeture à l’envers, en accéléré avec heureusement un arrêt en fin de course. Un rugissement de mécontentement plus tard c’est reparti pour les gouttes d’eau sanglantes. Belle performance pour Robin qui enchaine la longueur dont la difficulté ressentie (voire absolue) était bien au dessus de 7a+.

La dernière longueur nous délivre enfin les pieds des chaussons! Dommage de ne pas avoir pu en profiter pleinement parce que le rocher y est vraiment exceptionnel.

Le bac final!

Le bac final!

Encore une belle voie avec Robin!

Le remake 2011 du topo de Stéphan Benoît :

Plus de photos :