Namaste

Les rizières d'Hampi.

Les rizières d’Hampi.

 

50h de voyage, de -2° à 30°, le fourmillement de Bombay nous a amené jusqu’à Hampi pour nous y coucher pendant deux jours. L’ambiance locale encourage largement la paresse. Le lieu se résume à la limite entre la plaine humide et le chaos aride. Les guest-houses ressemblent à des oasis où les hamacs tendus entre les cocotiers annoncent les longues heures de farniente. Pour pouvoir grimper au fin fond de la campagne indienne il faut se lever tôt. Une journée de grimpe se divise en deux sessions : au lever et au coucher du soleil. C’est un peu frustrant de devoir s’arrêter de grimper après seulement deux heures de grimpe mais, vu l’abrasivité du rocher, ce n’est pas une mauvaise chose. L’intensité des sessions contraste avec la lenteur du reste de la journée. Du coup je n’ai pas encore trop de photos de grimpe.

Eyes boulder.

Eyes boulder.

Entre deux siestes on a bien le temps de visiter des temples et de s’aventurer dans les marchés locaux.

Hampi bazar temple.

Hampi bazar temple.

Il va falloir s’énerver un peu pour trouver l’énergie de faire des blocs durs tout en les immortalisant en photos.